Sous un firmament de nacre, les cieux d’en dessus s’affaissent sur les cieux d’en dessous, Stéphanie Sagot, 2019, vidéo, 4 min.

 

"Car je fus, pendant un temps, garçon et fille, arbre et oiseau, et poisson muet dans la mer."

Empédocle d'Agrégeante, V ème siècle av. J-C. 

 

Artiste et maîtresse de conférences en art, issue d’une famille d’ostréiculteu.rices, je développe un travail multiforme à portée écologiste et féministe. En liant création, recherche et commissariat d'exposition, je m’intéresse aux relations entre art et quotidien en les envisageant comme une modalité d’émancipation voire de résistance. En infiltrant le réel et en abordant les relations que l’être humain entretient avec son milieu, j’investis les sujets de l’agriculture, de l'alimentation ou encore du statut de la femme mis à l’épreuve de l’ultra-libéralisme, du consumérisme et d’une société de l’entertainment.  

Depuis 2004, je travaille avec Emmanuelle Becquemin au sein du duo Becquemin & Sagot. Depuis 2016, je développe également un duo artistique avec Suzanne Husky : Le Nouveau Ministère de l’Agriculture. 
 

Impliquée sur le terrain, une de mes premières réalisations a été de créer le centre d’art et de design La cuisine en 2004, que j’ai dirigé jusqu'en 2016. Dans les poursuites de mon doctorat en art portant notamment sur les pratiques buissonnières de création, nourrie des écotopies de William Morris et de ses engagements nouant le politique et l’écologique à l’artistique, il s’est agi de mettre en perspective, dans une dimension contextuelle, les conditions structurelles, anthropologiques et sociales pouvant lier l’art à ce territoire agricole et rural. Pour rejoindre les pensées de Morris ou encore de la philosophe Chantal Mouffe, je pense qu’il est nécessaire d’élargir le champ d’intervention de l’art afin de s’opposer au programme de mobilisation totale du capitalisme. Ainsi, durant seize années, à travers divers projets curatoriaux, de création et de recherche, j’ai engagé des dialogues entre citoyen.ne.s, élu.es et artistes autour de réalisations interrogeant nos modes de vie, nos actions sur le vivant à travers le prisme de l'alimentation et de l'agriculture. 

Actualité : écotopies et fictions concrètes

Artiste associée au centre d’art La cuisine entre 2017 et 2021, j’y ai développé un travail portant sur les semences végétales et animales. Dans ce cadre, j’ai réalisé une œuvre-exposition prenant une forme de conte mettant en récit les vicissitudes consécutives aux huîtres supermâles créées par l’IFREMER obtenues par manipulation génétique. En 2021, nous avons réalisé une écotopie qui se traduit par la création d’un jardin forêt en permaculture avec Suzanne Husky au sein de notre duo Le Nouveau Ministère de l’Agriculture. Actuellement, nous travaillons sur les éléments de langage du Ministre de l'Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire dans une oeuvre 3D, La salle de tweets, présentée dans la friche virtuelle de l'Antrepeaux (Bourges). Nous explorons également les éléments de langage des politiciens à travers leur geste symbolique et malheureusement cynique consistant à planter un arbre (série de 22 aquarelles, 2022). Nous nous penchons également sur les projets pharaoniques et écocidaires de la Géo-ingénierie. (L'aventure du vivant - aquarelle sur peau de vache - 2022) Ces oeuvres seront présentées prochainement au centre d'art Les tanneries dans l'exposition collective Les dominations - commissariat Sammy Engramer et Guillaume Lasserre ( 4 février - 16 avril 2023). 

Par ailleurs, avec Emmanuelle Becquemin, nous travaillons depuis plusieurs années sur le tourisme de masse et ses dérives dans cette ère capitalocène. En 2020, nous avons créé une œuvre vidéo croisant réalité et fiction pour laquelle nous avons infiltré un bateau de croisière, Road-movie cruise, until the end of the world #forever. Cette dernière a été lauréate des programmes Ici est ailleurs d'Occitanie Film, d'Histoires d'eaux du FRAC Occitanie Les Abattoirs et a obtenu l'aide à la première exposition en Galerie (H Gallery, Paris) du CNAP. En 2021 elle a été acquise par le FRAC Occitanie Les Abattoirs.

Actuellement, nous présentons Cosmocène - à propos d'un orteil dans le smog,  une exposition personnelle à H Gallery, Paris (2 déc 2022 - 30 janv 2023) dans laquelle nous faisons le récit, à l'âge du tourisme spatial, d’une cosmogonie de poussière dans un monde asphyxié par le smog, ce brouillard urbain mélange de particules fines et d’ozone, qui s’épaissit chaque jour un peu plus jusqu’à engloutir lentement l’ensemble du vivant et de nos perspectives. Un smog qui se rejoue dans l’espace en dust bowl tournoyant, dans lequel s’accumulent les objets que nous ne cessons d’extruder de notre planète industrieuse.  

En faisant du smog le matériau brumeux de notre mélancolie, nous nous faisons ici chimères, évoquant les utopies impossibles. Nous invitons à une méditation dans laquelle l’espace serait dégagé de tout profit pour donner épaisseur et voix aux cieux étoilés, aux fourmillements de nos sols et de nos océans. 

  • instagram